Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mardi 30 mai 2017

Usages TIC 2012 des Wallons

79% des Wallons utilisent Internet, principalement chez eux. La recherche d'informations et la réservation de voyages en ligne se renforcent encore. Plus d'un quart des non utilisateurs trouvent l'Internet trop complexe. L'équipement mobile atteint presque les 90%
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 12/06/2012 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Le mobile reste d'abord ... un téléphone

88% des Wallons possèdent un GSM. Ce taux augmente de nouveau légèrement en 2011. En 2010, il était monté à 86% après avoir plafonné quatre ans à 84%. 26% des Wallons disposent d'un mobile avec interface tactile. Parmi les personnes équipées, 3% partagent leur GSM avec un autre membre du ménage, comme en 2010.

Tous les membres d'un ménage ne possèdent pas forcément un GSM. Trois quarts des mères élevant seules leurs enfants fournissent un GSM à ces derniers, plus que les autres parents qui sont moins de 50% à le faire. Bien sûr, le nombre de membres équipés d'un GSM au sein d'un foyer dépend assez logiquement de la taille de ce foyer. Les femmes seules sont bien moins équipées (21%) que les hommes seuls (8%). La fracture numérique, par rapport au genre et à l'âge des personnes surtout, se marque par conséquent déjà au niveau de la possession d'un GSM, pourtant considérée comme une norme aujourd'hui.

Les Wallons continuent d'utiliser principalement leur GSM pour passer des appels et envoyer des SMS. Cependant d'autres usages du GSM séduisent de plus en plus les utilisateurs: la moitié l'utilisent aussi comme appareil photo et au moins un sur six comme lecteur MP3. Par contre, les applications Internet et l'usage de l'e-mail sur mobile restent au statu quo en 2011: 14% des Wallons se servent de leur mobile pour lire leurs e-mails ou surfer sur Internet.

Usages du GSM par les Wallons en 2011. Population: 88% des Wallons possédant un GSM
Actions effectuées avec le GSM Wallons ayant
un GSM
Emettre des appels 94%
Envoyer des SMS 89%
Prendre des photos 49%
Ecouter de la musique téléchargée 17%
Consulter des sites sur Internet 14%
Envoyer ou consulter des e-mails 12%
Regarder des vidéos téléchargées 7%
Acheter ou payer via des SMS 2%
Autre action (envoi de MMS, banque en ligne, etc.) 1%

Parmi les surfeurs sur Internet via téléphone mobile, on retiendra surtout que:

  • 86% consultent ou envoient des e-mails,
  • 80% recherchent des informations sur le Web,
  • 55% vont sur des réseaux sociaux,
  • 14% accèdent à la banque en ligne,
  • 14% gèrent des documents en ligne,
  • 13% jouent en ligne,
  • 12% sont abonnés à des flux RSS,
  • 9% effectuent des achats en ligne,
  • 7% utilisent d'autres applications (préinstallées, professionnelles, météo, résultats sportifs, etc.)

Comme en 2010, les Wallons n'utilisant pas la téléphonie mobile l'expliquent surtout par leur inutilité perçue de ce type de matériel. Néanmoins, des raisons touchant à la complexité et à l'inadéquation des appareils apparaissent aussi comme explication depuis trois ans, notamment les petites touches difficiles à manier ou inadaptées pour les personnes qui sont confrontées à un handicap (de la vue par exemple).

Principaux motifs pour ne pas s'équiper d'un GSM en 2011. Population: 12% des Wallons ne disposant pas de GSM
Raisons de ne pas s'équiper d'un GSM Wallons n'ayant
pas de GSM
Pas d'utilité. Pas d'intérêt. Pas de besoin 43%
Peu de déplacements, le téléphone fixe suffit 15%
Je suis trop âgé 11%
On ne sait pas s'en servir. C'est trop compliqué à utiliser 9%
Inadapté vu la santé ou le handicap 7%
Ne veut pas être dérangé 6%
C'est trop cher 4%
Utilise le GSM d'une autre personne 2%
Les touches des GSM sont trop petites 2%
Autre raison (n'aime pas les GSM, etc.) 1%

L'AWT avait déjà insisté sur ce problème: l'usage du GSM n'est plus aussi simple qu'avant, même pour les fonctions de base. Les terminaux proposés ne sont pas toujours ergonomiques et tendent à noyer les fonctions de base classiques d'un GSM. Pourtant, la grande majorité des personnes les utilisent principalement pour les appels et les SMS. Comme cela avait déjà été dit lors du baromètre 2011, il existe aujourd'hui des terminaux mobiles "pour seniors", avec de grandes touches et comportant uniquement des fonctions de téléphonie et de réception de SMS, mais ceux-ci coûtent plus cher qu'un GSM sophistiqué. Les seniors ne sont dès lors pas avantagés en matière d'usage de la téléphonie mobile. Il ne faut par conséquent pas s'étonner qu'ils soient beaucoup moins nombreux à posséder et à utiliser le GSM que les autres catégories de population ou qu'ils soient moins intéressés, tout simplement.

L'ordinateur du domicile dédié aux usages privés des adultes

Les usages de l'ordinateur du domicile sont en général plus privés que professionnels. Les citoyens wallons voient surtout l'ordinateur de leur domicile comme un outil de loisirs. Même dans les ménages comportant un ou plusieurs enfants de moins de 18 ans, ces usages sont plus fréquents que ceux des enfants, qu'ils soient éducatifs ou non.

Différents usages de l'ordinateur présent au domicile des Wallons en 2011
Usages de l'ordinateur du domicile Population Population dont le ménage
comporte au moins un enfant
Usages privés ou de loisirs des adultes 65% 79%
Usages professionnels 31% 42%
Usages éducatifs des adultes 30% 40%
Usages éducatifs des enfants 25% 51%
Jeux ou loisirs des enfants 25% 46%

Le taux concernant les usages professionnels de l'ordinateur du domicile monte à 43% pour les Wallons faisant partie de la population active.

79% des Wallons utilisent Internet

79% des Wallons ont utilisé Internet en 2011. C'est un statu quo par rapport aux chiffres de l'année 2010 où l'on enregistrait un progrès de 4 points par rapport à 2009. L'usage global n'augmente donc pas cette année, mais par contre l'intensité d'utilisation d'Internet se renforce. En effet, depuis 2002, l'usage d'internet est de plus en plus régulier, comme l'illustre très clairement le graphique suivant. Tous les deux ans, la croissance se situe aux alentours des 10 points d'usage très régulier, c'est-à-dire un usage quotidien ou presque quotidien, pour arriver aujourd'hui à plus de 4 internautes sur 5 qui utilisent intensément l'Internet et pratiquement 2 Wallons sur 3.

L'intensité de l'usage d'Internet présente des effets de paliers, alternés d'effets de croissance. Cela se marque aussi dans l'usage très régulier d'Internet qui atteint toutefois un certain plafond aujourd'hui :

  • 2002 : les internautes très réguliers représentaient 51% des utilisateurs d'Internet,
  • 2003 : 55%,
  • 2004 : 63%,
  • 2005 : 67%
  • 2006 : 69%,
  • 2007 : 75%,
  • 2008 : 76%,
  • 2009 : 80%
  • 2010 : 79%,
  • 2011 : 82%.

On compte 84% d'internautes masculins contre 75% de féminins. L'écart entre femmes et hommes se réduit encore cette année. En effet, le taux d'internautes masculins n'a pas augmenté de manière significative depuis 2009, tandis que le taux d'internautes féminins a augmenté de 8 points en 2 ans. En 2009, on comptait 8 internautes féminins versus 10 internautes masculins et, en 2011, on compte 9 internautes féminins pour 10 internautes masculins.

En fonction de l'âge, on observe que:

  • 97% des jeunes de 15 à 29 ans sont usagers d'Internet,
  • 94% des 30 à 44 ans,
  • 80% des 45 à 64 ans,
  • 38% des 65 ans et plus.

Ces chiffres ne doivent toutefois pas occulter le fait que les seniors "s'y mettent" de plus en plus. Une progression significative du taux d'internautes est enregistrée depuis 2 ans, avec 16 points de plus qu'en 2009 et 6 points de plus qu'en 2010 pour les personnes âgées de 65 ans et plus.

Le niveau d'études est également un facteur très discriminant. Plus leur niveau d'études est élevé, plus les Wallons utilisent Internet :

  • supérieur ou universitaire : 92% d'internautes,
  • secondaire supérieur : 90% d'internautes,
  • secondaire inférieur : 71% d'internautes,
  • primaire ou personnes sans diplôme : 54% d'internautes.

On observe que même lorsqu'elle ne dispose que d'un bagage scolaire limité, plus de la moitié de la population est aujourd'hui utilisatrice d'Internet.

L'usage d'Internet se fait surtout chez soi

90% des internautes utilisent Internet à leur domicile. Il s'agit toujours du lieu le plus prisé pour accéder à Internet. Le domicile de proches vient globalement en deuxième position mais il est utilisé de manière beaucoup moins intensive: l'usage d'Internet y est surtout mensuel en moyenne.

Taux d'usage d'Internet en 2011 selon le lieu d'accès. Population des 15 ans et plus
Taux d'usage d'Internet
selon le lieu d'accès
Population
wallonne
Population
active
Internautes
wallons
Au domicile 72% 86% 90%
Chez des proches ou des amis 38% 45% 47%
Au travail 31% 50% 38%
Sur un point d'accès public ou mobile (PAPI et PAMI) 17% 22% 22%
Sur le lieu d'études ou de formation 13% 12% 16%

Après le domicile propre, le travail est le second lieu de connexion à Internet pour les personnes faisant partie de la population active. De plus, le travail est toujours l'endroit où les Wallons se connectent à une fréquence plus importante que le domicile de proches. En effet, 45% des Wallons faisant partie de la population active accèdent à Internet de manière hebdomadaire sur leur lieu de travail, tandis que seulement 16% d'entre eux en font un usage hebdomadaire au domicile de proches.

Quant aux points d'accès publics (PAPI) ou mobiles (PAMI) fréquentés par les internautes, les bornes Wi-Fi ou les hotspots sont les plus utilisés.

Taux d'usage des différents points d'accès publics ou mobiles à Internet en 2011
Usage des PAPI et PAMI Internautes fréquentant
les PAPI ou PAMI
Wi-Fi à l'hôtel ou au restaurant 39%
Wi-Fi dans la rue 35%
Hotspot. Gare. Aéroport 22%
Bibliothèque publique 17%
Cybercafé 16%
Borne interactive. Lieux publics ou commerciaux 11%
Centre d'information de la Région wallonne 9%
Espace public numérique (EPN) 9%
Ordinateur dans un lieu scolaire 9%
Bus cybermobile 6%
Ordinateur du Forem 2%

Recherche d'infos et réservation de voyages en légère progression

Le courrier électronique reste l'application Web la plus prisée par les internautes, mais stagne depuis deux ans, avec 86% d'utilisateurs. En légère progression par rapport à 2010, la recherche d'informations sur les loisirs (+ 3 points) et sur l'actualité (+ 2 points) sont aussi des usages très fréquents sur le Web.

La réservation de voyages en ligne récolte aussi un peu plus d'adeptes avec 2 points de plus qu'en 2010. Par contre, les applications pour lesquelles une nette croissance du nombre d'utilisateurs était observée en 2010 n'ont plus progressé. Il s'agissait principalement de l'usage des réseaux sociaux, de l'e-gouvernement et de la banque en ligne.

Les achats en ligne sont également en stagnation, depuis quelques années déjà, en termes de nombre d'utilisateurs. Cela ne préjuge toutefois pas de l'évolution du nombre d'achats dans l'année.

Taux d'usages des différentes applications Internet par les Wallons en 2011. En vert, légères progressions par rapport à 2010
Usages des différentes applications Internet Population
Internautes
Lire ou envoyer des e-mails 67% 86%
Rechercher des informations sur les loisirs 62% 79%
Rechercher des informations sur l'actualité 61% 77%
Chercher des itinéraires ou des plans de villes 56% 71%
Effectuer des opérations bancaires 52% 66%
Visiter des sites web administratifs 48% 60%
Lire des articles de journaux en ligne 46% 58%
Participer à des réseaux sociaux ou professionnels 42% 53%
Converser par messagerie instantanée 39% 49%
Faire des achats sur Internet 38% 48%
Visionner des vidéos en ligne 36% 46%
Ecouter une radio ou de la musique en ligne 36% 45%
Réserver des voyages en ligne 34% 44%
Publier des informations sur le Web 34% 44%
Télécharger de la musique ou des vidéos 28% 35%
Communiquer visuellement sur Internet (via une webcam) 24% 30%
Utiliser des jeux en ligne 20% 26%
Téléphoner via l'ordinateur et Internet 20% 25%
Rechercher un emploi ou déposer un CV 16% 20%
Participer à une communauté sur Internet 15% 19%
Suivre des cours en ligne (e-learning) 7% 8%

Parmi les 44% d'internautes qui publient sur le Web, le canal le plus souvent utilisé pour cette publication est la page personnelle sur des réseaux sociaux ou sur des sites de partage comme YouTube par exemple.

Types de publication sur le Web par les internautes en 2011
Supports de publication d'informations sur le Web Internautes Internautes
qui publient des infos
Page personnelle sur réseaux sociaux ou sites de partage 35% 53%
Album photos en ligne 19% 29%
Blog 5% 8%
Site Web personnel 5% 8%
Mise à jour d'un site Web professionnel 3% 5%

Concernant la gestion de documents et courriers via les technologies et surtout via le Web, 51% des Wallons de 15 ans et plus, soit 64% des internautes, déclarent gérer directement leur e-mail privé sur le Web (via un compte Yahoo!, Gmail, Hotmail, etc.). Les utilisateurs au profil plus technophile sont également friands d'autres applications en mode "Cloud Computing".

Taux d'usage des applications de "cloud computing" par les Wallons en 2011
Applications en mode Cloud Computing Population
wallonne
Internautes
wallons
Applications bureautiques 18% 23%
Espace de stockage 9% 12%
Agenda 9% 11%

Concernant l'utilité du Web et de ses applications, 56% des internautes déclarent ne plus pouvoir se passer d'Internet aujourd'hui. Les applications les plus indispensables à leurs yeux sont les suivantes.

Applications Web jugées indispensables pour les internautes wallons en 2011
Applications Web indispensables Internautes Internautes ne
pouvant plus se
passer d'Internet
Courrier électronique 45% 81%
Banque en ligne 29% 52%
Réseaux sociaux 17% 31%
Messagerie instantanée 16% 29%
Journaux en ligne 12% 22%
Applications administratives 11% 19%
Téléchargement de musique. Vidéos 10% 17%
Commerce en ligne 9% 15%
Autres applications
(aggrégateurs, jeux en ligne,
moteurs de recherche, site professionnel,
campus virtuel, etc.)
4% 8%

Plus d'un quart des non internautes trouvent le Web trop complexe

2% des Wallons ont déjà été internautes, mais ils n'utilisent plus Internet depuis plus d'un an. Cet abandon est principalement expliqué par deux motifs. Soit c'était un usage ponctuel pour essayer et ils ne s'en servaient pas beaucoup, soit ils ont d'autres activités et n'ont pas le temps de continuer ou n'en éprouvent pas le besoin. Une petite partie de ces Wallons (moins de 0,5%) indiquent également l'avoir utilisé au travail, mais n'en voient plus l'intérêt aujourd'hui. Quelques personnes ont abandonné parce que c'était trop cher pour leur niveau d'usage. Seulement trois personnes déclarent que l'usage d'Internet était trop compliqué ou qu'elles ne savaient pas bien s'en servir.

Ces personnes sont rarement des jeunes (20% ont moins de 45 ans, 45% ont entre 45 et 64 ans et 35% ont 65 ans ou plus). Par ailleurs, 70% d'entre eux sont des inactifs, la moitié de moins de 65 ans et l'autre moitié de 65 ans ou plus. 7% sont des personnes au chômage. On ne compte aucun étudiant, indépendant ou employeur parmi eux.

Les 21% de non internautes (Wallons n'utilisant pas Internet) font face à divers obstacles pour pouvoir utiliser Internet. Le premier obstacle reste le manque perçu d'intérêt ou d'utilité de l'Internet pour plus de la moitié des non internautes, mais il est suivi directement par des difficultés liées à la complexité de l'usage, pour plus d'un quart d'entre eux.

Obstacles à l'usage d'Internet éprouvés par les non internautes wallons en 2011
Obstacles à l'usage d'Internet Population Non internautes
Pas d'intérêt. Pas d'utilité 12% 51%
C'est trop compliqué. Difficultés d'adaptation 6% 28%
L'âge ou l'habileté pose problème 3% 15%
Pas d'ordinateur ou Internet au domicile 3% 14%
C'est encore trop cher 3% 12%
Il n'y a pas de contenus intéressants sur Internet 2% 8%
Peur de mal faire 2% 8%
Internet n'est pas assez sécurisé 1% 5%
Aucune aide de l'entourage 1% 5%
Recherches faites sur Internet par un proche 1% 4%
Pas le temps 1% 4%
Empêchement à cause d'un handicap 1% 3%
Pas de PAPI proche du domicile < 1% 2%

Parmi les non internautes, 1 sur 5 n'utilise pas personnellement l'Internet, mais fait tout de même appel à des proches pour leur demander d'envoyer des e-mails ou de faire des recherches sur Internet pour lui. Ces 20% de non internautes sont les " usagers via proxys", encore appelés usagers par procuration. Ces usagers sont plus souvent des femmes (60%) que des hommes (40%). On les retrouve essentiellement chez les seniors: 46% d'entre eux ont entre 45 et 64 ans et 40% ont 65 ans ou plus.

Les proches qui font ces démarches pour eux sont essentiellement leurs enfants (pour les trois quarts), un ami (pour un sur 10) ou leur conjoint (pour un sur 10 également). Seulement 4% font appel à leurs voisins. L'activité essentielle de ces proches est la recherche d'informations en tous genres et la lecture ou l'envoi d'e-mails. Toutefois, certains font des usages plus spécifiques comme celui de la banque en ligne par exemple.

Actions des proches sur Internet pour les usagers via proxys en 2011
Actions des proches sur Internet

Taux d'usagers
via proxys

Recherche d'infos sur l'actualité 32%
Recherche d'infos sur la culture, les loisirs, les voyages 30%
Lecture ou envoi d'e-mails 19%
Recherche d'infos sur des produits ou services 11%
Recherche d'infos aministratives 10%
Opérations bancaires 9%
Recherche d'itinéraires, de plans de ville 9%
Achats de produits ou services 8%
Recherche d'emploi ou dépôt de CV 5%
Téléchargement de musique 4%
Recherche de vidéos 2%

Enfin, 8% des non internautes ont l'intention de s'y mettre, la moitié comptant utiliser Internet dans l'année qui vient et l'autre moitié dans plus d'un an. 7% ne savent pas s'ils s'y mettront un jour, tandis que 85% des non utilisateurs actuels déclarent qu'ils n'en feront jamais usage.

Portail de la Région wallonne