Agence du Numérique (ex - Agence Wallonne des Télécommunications / AWT), la plateforme ICT de la Wallonie

mardi 30 mai 2017

Caractéristiques générales 2012 du secteur TIC wallon

Le secteur TIC wallon se compose de deux grands types d'acteurs: un grand nombre de petites entités et un noyaux dur d'environ 250 entreprises à haute valeur ajoutée. Le secteur est en quête de spécialisation, mais, pour diverses raisons, continue d'offrir un large éventail de services à ses clients
Twitter Facebook Delicious
Mis à jour le 12/06/2012 | Imprimer | Envoyer
Attention ! Page archivée. Son contenu est trop ancien et/ou une page plus récente a été publiée sur ce sujet

Objectifs et méthodologie de l'enquête

La présente étude a pour principal objectif de dresser l'état des lieux du secteur IT wallon et à en identifier les forces et les faiblesses dans un objectif de développement économique.

Le secteur TIC wallon est caractérisé par l'existence de deux grands types d'acteurs. On trouve, d'une part, un grand nombre de très petites entités (micro-entreprises et indépendants) principalement actives dans la vente au détail et le conseil et, d'autre part, un véritable "noyaux dur" d'environ 250 entreprises à haute valeur ajoutée, pour la plupart exportatrices et innovantes, et dont une grande majorité se concentre dans les activités de développement et de conseil spécialisés.

Partant de ce constat, l'AWT a choisi cette année de ne pas chercher à mener une enquête exhaustive ou représentative sur le secteur TIC global. L'approche retenue a plutôt consisté à brosser un tableau contrasté du paysage TIC wallon et à identifier les caractéristiques, performances, points forts et faiblesses des deux composantes du secteur.

A cette fin, deux enquêtes ont été menées en parallèle. La première portait sur les petites entités et a été réalisée par le biais de questionnaires Web doublés de questionnaires postaux. Elle a permis de récolter 189 réponses valides

La deuxième portait sur le noyau dur du secteur et a été conduite au moyen d'interviews présentielles approfondies avec les responsables des entreprises concernées. Elle a permis de réunir 133 réponses exploitables sur 248 sociétés pré-sélectionnées. Les critères de sélection étaient les suivants:

  • nombre d'emplois salariés supérieur à 10 et;
  • présence à l'exportation et/ou;
  • activités confirmées de R&D.

Les résultats ne prétendent donc pas à l'exactitude statistique, mais peuvent être considérés comme révélateurs des réalités et des tendances du secteur.

En ce qui concerne les entreprises à haute valeur ajoutée (EHVA dans la suite de cette étude), on peut même affirmer qu'ils en donnent une image très fidèle, plus d'une entreprise sur deux ayant accepté de participer à l'étude.

Taille et chiffre d'affaires des entreprises

Petites entreprises

En ce qui concerne les "petites entreprises" du secteur, la moyenne de l'emploi salarié s'établit à 2,45 équivalent temps-plein (ETP), avec une forte majorité d'établissements unipersonnels. Il s'agit là d'un résultat attendu, puisqu'il découle directement du choix des critères de segmentation du secteur pour l'étude menée par l'AWT.

Répartition des petites entités selon l'emploi (ETP)
Effectif des "petites" entreprises TIC 2012
1 personne ou moins 64%
de 2 à 5 personnes 28%
de 6 à 10 personnes 4%
Plus de 10 personnes 4%
Total 100%

Il est toujours particulièrement délicat d'obtenir des résultats totalement fiables en termes de chiffre d'affaires auprès de petites structures. Près de 4 répondants sur 5 ont néanmoins accepté de répondre à cette question.

On obtient dès lors une moyenne du chiffre d'affaires des petites entités de 80.643 euros.

Entreprises à haute valeur ajoutée (EHVA)

La situation est bien entendu très différente au niveau des EHVA. Le chiffre d 'affaires moyen s'élève ici à 482.788 euros. On constate toutefois d'énormes disparités au sein de l'échantillon. Ainsi, l'un des répondants annonce un chiffre d'affaires de plus de 20 millions d'euros. 94% des 133 entreprises interrogées ont répondu à la question.

La moyenne de l'emploi s'établit à 36,11 ETP, avec une répartition assez homogène sur les différentes classes de taille. Sans surprise, on remarquera que près de deux entreprises sur trois appartenant au "noyau dur" du secteur affichent une taille comprise entre 11 et 50 ETP, la médiane de l'échantillon s'établissant quant à elle à 23 ETP.

Répartition des EHVA selon l'emploi (ETP)
Effectif des EHVA TIC 2012
Moins de 10 personnes 22%
de 11 à 25 personnes 35%
de 26 à 50 personnes 29%
Plus de 51 personnes 14%
Total 100%

Ce premier résultat justifie donc pleinement la segmentation a priori du secteur.

L'AWT montrera plus avant qu'il est très difficile d'atteindre une taille importante sur la seule base du marché belge ou régional. En effet, la plupart des petites entités ne sont que peu (ou pas) présentes à l'exportation.

Activités des entreprises du secteur TIC

D'importantes disparités se retrouvent aussi au niveau des activités des entreprises du secteur. La grande majorité des petites entités déclarent une activité principale dans le commerce de détail, le conseil, la formation et la distribution et l'installation de biens et services.

Comme on le comprend aisément, beaucoup d'entre elles sont des magasins d'informatique ou des indépendants dont la clientèle première est composée de particuliers et de PME.

En revanche, les EHVA identifient surtout leurs activités principales dans les domaines de la consultance et du logiciel. Cette tendance confirme les résultats obtenus en 2009, mais il ne faut cependant pas se focaliser sur cette apparente spécialisation.

En réalité, l'écrasante majorité des entreprises du noyau dur du secteur exercent plusieurs types d'activités. Le concept "d'activité principale" ne traduit donc que de manière très insatisfaisante la structure de l'offre sectorielle. Ainsi, près des trois quarts des EHVA wallonnes annonçant une activité principale en consultance ont une activité secondaire dans le développement de logiciels.

De manière générale, les EHVA proposent une gamme de services à leurs clients et ne sont que rarement entièrement spécialisées.

Des enseignements plus approfondis peuvent être tirés si l'on aborde la situation du secteur sous l'angle des produits et services concernés par l'ensemble des activités déclarées (et non pas seulement l'activité principale).

Produits et services concernés par les activités des EHVA du secteur TIC wallon
Produits et services concernés 2012
Equipements informatiques et consommables 19%
Logiciels. ERP / Workflow / Gestion de projets 19%
Equipements et services réseaux 18%
Logiciels. Comptabilité / Gestion financière / GRH 17%
Automatisation, contrôle, optimisation 13%
Technologies et développements Web 12%
Logiciels: GED / Gestion de la connaissance 12%
Logiciels. Aide à la production 11%
Ingéniérie logicielle et bases de données 11%
Traitement du signal 10%
Systèmes d'exploitation, bureautique 10%
Applications scientifiques et médicales 8%
Multimédia, environnements virtuels, jeux 8%
Systèmes embarqués 6%
Micro-ondes, Systèmes radio 5%
Logiciels. CRM / SCM 5%
Cryptographie, Sécurité 4%
Cloud computing 3%
Logiciels. GIS 2%
Domotique 2%
Interfaces homme / machine 1%

On constate donc que les EHVA wallonnes présentent deux grands profils de compétences. D'une part, on trouve les services (installation, distribution, maintenance et conseil) liés aux équipements informatiques et réseaux (y compris télécoms). D'autre part, il existe à l'évidence en Wallonie une industrie du logiciel d'entreprise (ERP, logiciels financiers, automatisation de la production, GED, etc.).

Les établissements qui se spécialisent dans ce domaine offrent à leur clientèle une gamme étendue de services, allant du conseil à la réalisation de logiciels sur mesure, en passant par le paramétrage de solutions génériques.

Secteurs cibles des entreprises du secteur TIC

Quels sont les secteurs ciblés en priorité par les entreprises du secteur TIC wallon?

Petites entreprises

En ce qui concerne les petites entités, on constate que les services aux entreprises (secteur TIC inclus) arrivent en tête du classement, suivis, fort logiquement, par le grand public et le commerce de détail. La distribution, les services financiers et les autres industries se positionnent à la suite de ces secteurs de prédilection.

Proportion de petites entités selon leurs cibles sectorielles
Secteurs cibles des "petites" entreprises TIC 2012
Services aux entreprises 37%
Consommateur final 33%
Commerce de détail 29%
Distribution 20%
Secteur financier et assurances 20%
Autres industries 18%
Services publics 14%
Soins de santé 13%
Industrie lourde 13%
Construction 12%
Immobilier 11%
Transport et logistique 10%
Garages 10%
Energie 8%
Agriculture 5%
Aucun en particulier 22%

On remarque que seulement un peu plus d'une entreprise sur cinq affirme ne pas viser un segment de marché en particulier, ce qui s'explique sans doute par l'importance du secteur de la consommation finale pour les établissements considérés (une sur trois vend au particulier).

Entreprises à haute valeur ajoutée (EHVA)

La situation est sensiblement différente du point de vue des EHVA. Si l'on retrouve les services aux entreprises à la première place des secteurs visés, les services financiers, les services publics, la distribution, les soins de santé et les autres industries se disputent la deuxième place sur un intervalle de 3% seulement.

A nouveau, la première place des services aux entreprises s'explique à l'évidence par l'importance des échanges intra-sectoriels (les TIC étant repris dans cette catégorie), mais aussi par l'importance numérique de ce secteur d'activité dans l'économie wallonne (environ 16% du total des entreprises).

Proportion d'EHVA selon leurs cibles sectorielles
Secteurs cibles des EHVA TIC 2012
Services aux entreprises 37%
Secteur financier et assurances 26%
Services publics 24%
Distribution 23%
Soins de santé 23%
Autres industries 23%
Commerce de détail 20%
Industrie lourde 19%
Energie 19%
Transport et logistique 16%
Garages 13%
Construction 11%
Immobilier 2%
Agriculture 1%
Consommateur final 1%
Aucun en particulier 32%

Ces résultats attirent l'attention, si besoin en était, sur l'important effet d'entraînement que peuvent générer les pouvoirs publics et le secteur des soins de santé sur le secteur TIC wallon.

Conclusion

En conclusion, l'image globale qui se dégage du secteur IT wallon est celle d'un secteur composé d'entreprises à la recherche de spécialisation.

Toutefois, soit en raison de l'étroitesse des marchés, soit dans le but de se garantir une haute réactivité aux opportunités d'affaires, elles continuent à offrir un large éventail de services, portant souvent sur des produits divers et visant plusieurs secteurs cibles.

Portail de la Région wallonne